top of page

PEUT-ON ÊTRE AMI AVEC NOS RELATIONS PROFESSIONNELLES ?

Bonus vidéo en fin d'article

C’est certain, la question divise !

Peut-on être manager et être ami avec ses collaborateurs ?

Peut-on être commercial et voir ses clients devenir amis ?

Je vous ai posé la question sur LinkedIn et vous avez été 86% à répondre que l’on peut devenir ami avec ses clients (sondage réalisé du 2 au 8 mars 2023, 236 votants).

Observer ce résultat pourrait nous faire croire que le « oui » démontre qu’il est possible de se faire des amis dans le cadre d’une activité professionnelle.

Mais est-ce aussi simple ?


J’ai endossé la fonction commerciale pendant plus de 20 ans. Tu le sais, j’ai adoré ça et l’expérience m’a apporté une réponse à cette question que je vais ici essayer de modéliser et surtout contextualiser. Car je crois que dans toute expérience humaine et professionnelle, il y a aussi des contextes et des temporalités qu’il est important d’observer pour en comprendre les mécanismes. Je t’ai aussi laissé répondre à cette question lors d’un sondage.


Tout commence par la définition que nous nous faisons de l’amitié. Si dans nos dictionnaires la définition raisonne ainsi : « sentiment d'affection entre deux personnes ; attachement, sympathie qu'une personne témoigne à une autre » ou encore « bienveillance, gentillesse, courtoisie chaleureuse manifestées dans les relations sociales, privées, mondaines : Dire un mot d'amitié. », la définition que nous nous faisons de l’amitié est plutôt suggestive, personnelle, voire culturelle. Et c’est par là que tout commence : qu’est-ce que tu entends par « amitié » ?

Pour certains c’est une affaire de partages de valeurs communes.

Pour d’autres une synergie née d’affinités, d’expériences, d’émotions. Et on le sait tous, dès que les émotions sont au centre de nos décisions et comportements, c’est le début de merveilleuses aventures comme des pires expériences.

Or, nous sommes tous des êtres d’émotions. On a beau les réprimer pour paraître plus « corporate », « professionnel », « sérieux », « crédible », nous ne pouvons pas y échapper.

Certains déploient des efforts considérables pour éviter que les émotions ne les affectent, influencent ou les atteignent. Et on crée des barrières émotionnelles.


En 2023, à l’heure où nous comprenons de mieux en mieux l’importance de l’intelligence émotionnelle au quotidien (et pas qu’au travail), où l’on a conscience que le bien-être au travail n’est pas un slogan trendy, que l’authenticité et le relationnel est au centre des préoccupations de la plupart des entreprises qui souffrent de leurs managers dictatoriaux, incompétents, castrateurs, ne devrions-nous pas commencer à nous autoriser à plus d’authenticité ?

On le sait, aujourd’hui un salarié qui quitte sa boîte quitte avant tout son manager ! 1 français sur 4 démissionnent à cause des comportements de leurs managers !

L'entreprise américaine Gallup avait mené en 2015 une étude sur les motifs de démission : 50% des 7 200 adultes interrogés, le manager est le principal responsable d'un abandon de poste.

Qu’est-ce que ça vient faire ici ?

Eh bien imaginez l’inverse…

Que les salariés restent parce que travailler avec leurs supérieurs est un plaisir. Et comment ce « plaisir » peut-être engendré ?

L’enquête que j’ai menée pour rédiger cet article dévoile quelques commentaires intéressants et certains pourraient s’y reconnaître :


Emilie Pez nous dit : « Je dirai plutôt non même si comme dans toutes relations saines, la base est la même : respect, confiance, bienveillance... Un peu d’humour aussi ! Ma réponse dépend certainement d’une peur : perdre une amitié... Et un client ! (…), ne pas être dans mon « rôle » (où est la limite entre client et ami ? Un cadre à poser ?)

Est-ce ma peur qui répond « non » ou ma volonté de ne pas être amie avec mes clients pour être dans un cadre ?

Est-ce que cela ne dépend pas de qui sont nos clients ? (…)

Et puis, « Vrout, merdre » dirait Mère Ubu !

J’ai déroulé une pelote et je ne sais plus où est la réponse ! Oh ! Nuance, je t’aime !

Peut-on devenir amis avec nos clients ?

Oui mais ils ne sont plus mes clients !!!

Nous avons transformé notre relation « professionnelle » !

Parfois, « Rien ne se perd, tout se transforme ! »

Merci Michel pour ce sondage !

Si je ne vous ai pas aidé, moi, je suis un peu embrouillée maintenant !!! »


La peur !

Voilà, selon moi, l’une des raisons pour lesquelles nous adoptons une « posture professionnelle » où la distance, le vouvoiement et l’évitement de toute affinité est de rigueur ! (D’ailleurs, t’as vu, je te tutoie dans mes articles !)

Peur du jugement, peur de ne pas faire sérieux, peur de perdre en crédibilité, peur de tout mélanger, peur des conflits d’intérêts… et, objectivement, elles sont toutes valables !

Cependant, les peurs, si elles ont pour rôle de nous alerter de dangers, elles sont aussi nos pires ennemies relationnelles quand on ne sait pas les identifier avec un minimum de rationalité !

Cette peur qui nous empêche d’être authentique, naturel, vulnérable, drôle, accessible, crédible, humain.

Et si la relation pouvait se transformer ?


Jean-Luc HOZE partage : « Dans mes métiers de conseil en stratégie et transformation, et de formateur, j'accompagne mes clients dans une aventure professionnelle mais aussi personnelle. Quand on partage une aventure, avec ses hauts et ses bas, ses moments de doute, des liens se créent qui ressemblent beaucoup à de l'amitié. Et quand la transformation sauve une entreprise en difficulté, lui permet de passer un cap de développement qui semblait infranchissable ... ces liens perdurent souvent bien au-delà de la mission. Et il ne fait plus de doute qu'il s'agit bien d'amitié. »


L’aventure !

Quelle belle conception de la relation humaine !

Qu’est-ce qui ça changerait pour toi si tu considères qu’une relation est une aventure ? Qu’attendons-nous d’une belle aventure ?


Catherine THIBAUDEAU : « Lorsque j'étais salariée je mettais plus de distance avec mes clients, aujourd'hui en tant qu'indépendante ma posture est complètement différente et effectivement des clients peuvent devenir des amis. »

Qu’est-ce qui a changé entre la période salariée et indépendante ?

Quelle liberté s’accorde-t-on soudainement ?

Celle d’assumer qui on est et d’avoir un business « qui nous ressemble » ?»

Et pourquoi pas !


Julien Moreau : « Tout dépend de la définition du mot ami et du sens que l'on met derrière. D'expérience, j'ai toujours été dans un relationnel direct et entier avec mes clients ou fournisseurs. D'extérieur l'on pourrait croire à une amitié alors qu'en réalité ces relations sont dans le respect professionnel et la compréhension de qui est en face de moi, ses attentes, ses besoins, ses exigences et ses enjeux. Cela n'empêche pas pour autant de développer une ‘forme’ de complicité professionnelle qui peut déboucher à une relation que l'on peut assimiler à de l'amitié.

Un de mes anciens patrons à qui j'ai demandé un jour pourquoi il ne me tutoyait pas (j'avais 23 ans, lui 54) m'a répondu : « il est toujours plus facile de dire, vous m'emmerdez, que vous dire, tu m'emmerdes ». J'ai mis longtemps à comprendre le sens de cette phrase...

Toujours est-il que selon moi, l'amitié professionnelle n'existe pas réellement tant qu'il y a un lien professionnel, elle est remplacée par le respect du professionnel en face de nous, car qu'on l'accepte ou non, professionnellement encore beaucoup plus que dans les relations personnelles, il y a toujours un enjeu dans les échanges »


Il est plus facile de dire « merde » quand il y a de la distance !

Celle-là aussi tu l’as probablement entendue aussi.


En ce qui me concerne, mon tempérament naturel m’empêche d’adopter une posture de distanciation. Je n’y arrive pas, c’est aussi simple que ça. J’ai essayé pourtant…

Ça m’a souvent joué des tours, c’est vrai et si j’avais envie de me protéger des critiques, des moqueries et des trahisons, j’aurais tendance à donner raison à Emilie.

Sauf que j’assume depuis de nombreuses années qui je suis et au final, cette posture m’a valu de faire beaucoup plus de belles rencontres, de meilleures ventes, de loyauté durable, de résultats bien au-delà de mes autres collègues !

L’amitié, n’est-ce pas d’abord une posture émotionnelle ?

Celle de vouloir faire preuve de gentillesse, d’écoute, de sens du service, d’aider, d’aimer…

Si pour certains l’amitié est réservée à quelques rares personnes car il s’agit d’une relation ‘durable profonde et inoxydable par le temps’, pour d’autres il s’agit avant tout d’un sentiment qui rapproche deux êtres humains qui partagent, l’instant d’un trajet, d’une mission, courte ou longue, des valeurs, des envies, des besoins, des croyances, des produits… des expériences, des frustrations, des solutions, des succès… des rires.


Pour préparer cet article, je me suis documenté. Un billet d’un avocat américain, Cordell Parvin, m’a interpellé. Il explique que ses meilleurs clients sont devenus ses meilleurs amis.

« L’amitié à l’américaine » pourraient dire certains détracteurs avec un brin de sarcasme.

Non : l’amitié tout court ! Celle qui est décomplexée !


L’avocat livre son témoignage en racontant qu’il a déjà pris des vacances avec eux, qu’il est allé à des événements sportifs avec eux et même, qu’il a été invité au mariage de leurs enfants. Tout ça, en plus de remplir sa tâche d’avocat pour leur entreprise. Il considère que ce temps passé ensemble n’était pas calculé et dépassait une simple logique marketing.

Pour mieux comprendre sa position, il suggère aux avocats de lire le livre de Jeffrey Gitomer « The Sales Bible ». Arrivé à la rubrique intitulée « Plus de ventes grâce à l’amitié », il a alors compris que les gens veulent toujours faire des affaires avec leurs amis. C’est vrai au fond…


Alors que j’étais cadre commercial dans une multinationale néerlandaise, j’ai entretenu des relations amicales avec tous mes collaborateurs et clients. Et « relation amicale » ne veut pas dire « ouvrir son cœur et son intimité intégralement ». Et de « relation amicale » à « envie de servir et satisfaire sincèrement », inévitablement, quand un client est heureux, cela génère des émotions positives. L’amitié, c’est un process par paliers : on ne donne pas tout d’un coup !

Quand un client sent et voit que tu le respectes, que tu l’écoutes, que tu tiens parole, que tu te démènes pour qu’il soit satisfait, que tu lui souhaites un bon anniversaire à lui est ses enfants (pour ça, il faut que tu lui parles et que tu t’intéresses à lui et à sa vie au-delà des affaires) eh bien, les choses se font naturellement : on se rapproche !

C’est profondément humain, pourquoi lutter contre ce qui fait du bien ?

Et naturellement, sans que les choses soient forcées, on se surprend à vouloir inviter un client à son mariage, on lui partage une naissance, une promotion, puis un autre va te proposer sincèrement de te prêter son chalet dans les Alpes et toi tu lui envoie des fleurs pour remercie son épouse. Puis un patron qui t’invite à un barbecue familial chez lui à la maison ou qui te propose d’aller à Disneyland avec toute ta famille ?

Comme le dit Cordell Parvin, tout s’est fait naturellement. Ce n’était pas calculé !

N’est-ce pas déjà un début d’amitié au sein d’une relation professionnelle ?

Oui, la réponse pour moi est claire : on peut devenir amis avec ses clients et collègues !

Et c’était d’ailleurs l’une de mes forces. Ça l’est toujours d’ailleurs.

Au fond, n’aime-t-on pas faire plaisir à des amis ?

Cela ne nous empêche pas de leur dire « non » ou « stop » quand cela ne nous correspond pas. On est d’accord, vos amis (les vrais), autant vous les aimez, vous avez aussi des limites et ils les connaissent, non ?

C’est pareil dans nos relations professionnelles.

Adopter une attitude amicale (qui peut aboutir à de l’amitié sincère, un respect mutuel, c’est toi qui voit), ne t’empêche pas de dire « non » ou « c’est pas faisable ».

Au fond, n’est-ce pas aussi la raison d’exister des réseaux, des associations, des fédérations : bosser avec des gens qu’on apprécie, qu’on aime, en qui on a confiance ?


Le secret de l’équilibre ?

La clarté dans les rôles de chacun, éviter les comportements clientélistes qui porte à favoriser ceux qu’on aime, le secret de l’amitié entre un manager et son collaborateur ou entre un vendeur et son client est d’entretenir une relation sincère, positive et de confiance en veillant à ce qu’elle ne nuise pas avec le travail sans que ce soit calculé, même si parfois ça l’est.

Au fond, ne rêvons-nous pas que nos mentors deviennent nos amis ?

Pourquoi aimerions-nous qu’ils le deviennent (ou qu’ils le soient devenus) ?


Et puis, l’amitié, c’est aussi sur LinkedIn, notre réseau préféré, ici aussi nous partageons des expériences, des émotions, des informations, des enseignements, on se tire tous vers le haut : je m’y suis fait aussi des amis, ils se reconnaîtrons !


Et toi, accueilles-tu l’amitié dans tes rapports professionnels ?

Partage ton expérience en commentaires !

Ris à la Vie et partage ton bonheur autour de toi !

Amicalement,

Michel Poulaert, CSP


BONUS :

Je partage avec toi une vidéo qui, pour moi, représente parfaitement le genre de relations que j'entretenais (et entretiens toujours) avec mes clients (pas tous, comprenons-nous, tout est aussi une affaire d'affinité, bien entendu, on ne peut pas être 'ami' avec tout le monde) Je te mets le contexte : En octobre 2021 je reçois un appel. A l'autre bout du fil c'est l'assistante de l'un de mes plus gros clients de l'époque où j'étais cadre commercial. Philippe était (et est toujours) l'un des leaders du pneu Poids Lourds en Île de France. Nous avons fait de belles affaires ensemble. Mais surtout : nous avons beaucoup ri et partagé de très belles actions commerciales et stratégiques. De la confiance et du dynamisme est né une amitié complètement spontanée. On se tutoyait. On s'embrassait.

Je me suis même permis de lui faire des cadeaux atypiques qui l'ont bien fait rire.

Bref, Laly (c'est le prénom de l'assistante), me prend en confidence : tout le personnel va se mobiliser pour fêter les 60 ans du patron. Son entourage le savait, étant "une ancienne très bonne relation commerciale" qui faisait l'objet d'un respect assez exceptionnel (selon ses dires), elle aurait aimé lui faire la surprise d'un petit message vidéo à partager lors des festivités.

"Ça va lui faire plaisir, il parle encore de toi aujourd'hui comme étant le meilleur commercial qu'il n'a jamais rencontré !" Waw !

Je lui annonce alors que je serai présent. J'ai moi-même trop envie de le revoir !

Le jour J, je me rends dans l'un de ses bâtiments, je me fais discret. Tout le personnel est là. Certains me reconnaissent. Il arrive en vedette. Tout le personnel fait une haie d'honneur pour ce patron apprécié de tous.

Ça en dit beaucoup sur l'Homme !

Il arrive, découvre la surprise dont il ne se doutait de rien. Ému, il voit son personnel, des amis, de la famille, des relations. Il n'a pas cherché à contrôler ses émotions, il les laisse aller, il a toujours été authentique avec son personnel. Puis, il me voit... Regarde en vidéo ce qui se passe, écoute et observe le verbal et le non verbal, tu sauras pourquoi je pense qu'il est possible d'être ami avec ses relations professionnelles.



200 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page