top of page

Rire au travail : c'en est fini avec les débats, la science tranche !

Le sujet divise depuis toujours.

Et s’il divise c’est parce qu’il est sujet à perceptions et interprétation. Mieux encore : c’est culturel ! Et on ne va pas se mentir, dans le pays de Descartes où le rationnel prévaut, le rire n’étant pas une affaire rationnelle, on l’évite. Pire : on le stigmatise ! Rire serait un manque de crédibilité grave !

Seulement voilà, cela fait plusieurs années que différentes études (très sérieuses et mesurées) démontrent clairement les bienfaits de l’humour sur ses propres états d’humeurs, mais aussi et surtout au travail.


Là où certaines organisations investissent des sommes astronomiques dans des activités de team building espérant créer un semblant de « team spirit », si le rire n’est pas un élément essentiel dans les relations quotidiennes et spontanées entre équipes, tous les team building seront lamentablement inefficaces.

Ce qui fait la spécificité d’une activité de cohésion d’équipe réussie, c’est de voir et d’entendre les collègues rire entre eux ! Et toi, en tant que manager, tu devrais donner l'exemple ou favoriser cette "légèreté d'esprit" dans tes équipes !

D’ailleurs, on se souvient souvent des fous rires que du contenu des longs discours du dernier séminaire. On va même raviver des souvenirs de fous rires lors d’un salon ou d'un séminaire vécu ensemble il y a 6 ans, 8 ans ou 10 ans : le rire est une émotion qui crée des associations positives entre les gens, liés à des informations ou des apprentissages et les événements. Et le temps semble ne pas ternir les souvenirs associés à des rires ou des émotions positives.


Depuis ma tendre enfance j’ai été bercé par l’humour de mes parents (l’humour est aussi une affaire d’éducation), mais aussi par de nombreux discours américains pendant 40 ans et très tôt j’ai pris conscience que l’humour était toujours présent dans ces prises de paroles. Tantôt de vrais « ice breakers » qui permettent de créer un lien avec l’orateur, tantôt il a un pouvoir dédramatisant pour les sujets plus délicats. D’ailleurs nos politiciens les plus modernes ont aussi compris ce pouvoir de l’humour dans leurs interventions publiques ! Et... ça les rend plus sympathiques, le temps d'un discours au moins 🤗

Quel que soit le sujet, en introduction, l’orateur fera toujours son possible pour intégrer un moment de légèreté bien accueilli par l’audience.


Maintenant, qu’en est-il de l’humour au travail ?

Alors qu’il semble de plus en plus difficile d’entretenir des relations équilibrées entre collègues, par peur de toucher une sensibilité, une susceptibilité, une blessure, ou de paraître ridicule, peut-on rire de tout, partout et avec tout le monde ?

L’humour est une affaire aussi délicate que personnelle et surtout une subtile question d'équilibre et de bon sens.

Tout le monde n’a pas été éduqué avec la fibre de la « blagounette » ou de la « gentille » taquinerie.

C’est donc subjectif.

Mais ça s'apprend aussi !

Tu as du mal à raconter des blagues ?

Comme pour n'importe quelle compétence, apprends-en et commence à les raconter encore et encore 😉

Le rire est une émotion propre à l’être humain (et il est même démontré que certains animaux aussi peuvent rire !), essayer de le contenir est une hérésie autant intellectuelle qu'émotionnelle.

Si donc il s’agit d’une émotion, à l’heure où l’on parle d’intelligences émotionnelles, pourquoi ne nous lâcherions-nous pas un peu plus ?


Dans les années 90, lorsque j’étais salarié aux Pays-Bas, j’ai très vite été promu cadre commercial. Mon enthousiasme naturel, mon optimisme, mon envie et mon plaisir de travailler et d’entretenir des relations humaines avec mes clients, avait vite été remarqué.

Seulement voilà, ce qui était en ma faveur, c’étaient mes résultats bien meilleurs que tous mes autres collègues. Et mon N+1… lui ne voyait que les résultats, sans chercher à comprendre comment je m’y prenais.

Quelques semaines après avoir été promu, mon manager me fit signe d’entrer dans son bureau.

Il me dit : « ferme la porte ! »

Je me suis dit : « Houlà… ça sent pas bon… »

« Assieds-toi »

Je m’exécutai.

Sur quoi il enchaîne, quelque peu agacé : « Arrête, Michel, arrête ! » 😡

« Mais arrêter quoi ? », parfaitement inconscient du reproche qu’il était en train de me faire. 🫣

« Arrête de rire Michel, c’est insupportable ! »

« Mais pourquoi Henk ? » (oui c’est son prénom, on est aux Pays-Bas, tu te souviens ?)

« Tu es cadre maintenant, fais preuve de sérieux ! »

Mes yeux se sont grands ouverts, je ne m’y attendais pas à celle-là !

Ni une ni deux, j’enchaîne spontanément par : « Ah, parce que quand on devient cadre, il faut devenir c** ? »

Ma réponse créa immédiatement la surprise exaspérée de mon supérieur.

Non, ce n’était pas possible pour moi...

Oh j’ai essayé oui… Quelques jours, puis le naturel est revenu au galop.

Il m’a réprimandé plusieurs fois, plusieurs semaines d’affilées pour ensuite… abandonner. Mon rire a gagné ! 😆

Mes résultats probants, ma relation positive et dynamique que j’avais avec tous les membres du personnels, le commerciaux, le service compta, le magasin, nos chauffeurs livreurs, nos fournisseurs et nos clients étaient en ma faveur : c’est plutôt cool de bosser avec un type qui sourit tout le temps et qui nous fait rire (même si c’était parfois un peu foireux, on ne peut pas toujours être bon).


Le meilleur, c’est que l’humour était au centre de toutes mes relations.

Dès que je le pouvais, je faisais rire les clients, mes fournisseurs, les prospects.

Des fois ce n'était pas possible, ce n'était pas grave, ça devait rester spontané aussi, bien entendu ! Oui, parce qu'il ne faut pas croire que je riais tout le temps avec tout le monde, non, bien entendu. Le contexte, le lieu ou la personne que j'ai en face de moi rendait l'humour possible, ou pas. Le bon sens est toujours au centre d'une légèreté bien placée.

À l’époque, les mails étaient encore à leurs balbutiements et avec mes offres de la semaine j’envoyais toujours en pièce jointe une petite vidéo humoristique.

Et ils en redemandaient !

Mieux encore : les rares fois où j’ai oublié d’intégrer la vidéo humoristique de la semaine, plusieurs d’entre eux m’appelaient pour demander où était la vidéo de la semaine ! 😆

Je vendais plus, beaucoup plus que mes collègues qui se prenait beaucoup plus au sérieux.

J'arrivais à débloquer des conflits, parfois causés par d'autres personnes, juste parce que je faisais preuve de légèreté tout en restant professionnel.

Mais un simple "ne vous inquiétez pas madame, nous allons trouver une solution", rend la petite blague pertinente et crédible.

Quand je partais en vacances, plusieurs clients refusaient de passer leurs commandes auprès de mes collègues. D’autres gonflaient leurs commandes avant mes congés pour palier à mon absence.

Mes camarades étaient-ils moins compétents ?

Absolument pas ! Ils faisaient tous un travail exemplaire !

Mais le rire a généré différents aspects émotionnels important qui ont renforcé des liens dont chaque commercial rêve : la confiance, la sympathie, l’authenticité, l’accessibilité, la vulnérabilité (car l’auto-dérision est aussi une forme d’humour particulièrement puissante), on me pardonnait plus facilement les bourdes que je pouvais commettre (comme n’importe qui).


Dans mes conférences, je passe un temps considérable à développer des contenus, des phrases ou d’avoir des images qui suscitent le rire. Parce qu’un message lié à une émotion positive sera bien mieux retenu que s’il avait été donné de façon académique.


Tout le monde apprécie de se laisser envahir par un bon fou rire.

Et souvent ça s'enchaîne par un « ah ça fait du bien tiens ! » et parfois avec un triste « ça fait longtemps que je n’ai pas ri comme ça ! »… Oui, « triste » parce que ça ne devrait pas exister de ne pas rire depuis si longtemps...


La science dans tout ça ?

Différentes études internationales démontrent que nous avons tendance à rire de moins en moins en vieillissant.

Selon une enquête Gallup, à l'âge de 23 ans, le nombre de rires par jour diminue de façon spectaculaire. Selon cette étude, un enfant de 4 ans rit jusqu'à 300 fois par jour.

Une personne âgée de 40 ans ne rit en moyenne que… trois fois par jour. 100 fois moins !


L'humour des employés est associé à une amélioration du rendement au travail, de la satisfaction, de la cohésion du groupe de travail, de la santé et de l'efficacité de l'adaptation, ainsi qu'à une diminution de l'épuisement professionnel, du stress et du taux de démission.


Rire a des effets importants à court et à long terme. Le Journal of Managerial Psychology a réalisé une méta-analyse sur l'humour positif sur le lieu de travail. La plupart de leurs observations sont dans l’infographie ci-dessous.


Alors pour ne pas succomber à la blague potache ou au harcèlement (car oui, le harcèlement se cache parfois sous des formes déplorables d’humour et de moqueries), apprends déjà à rire... de toi.

Pour rappel : la moquerie, ce n’est pas de l’humour, c’est de l’agression.

Commence alors par toi : applique l’auto-dérision. Ça marche à tous les coups, même sur scène ou dans une réunion !

Tu te plantes, eh bien assume-le et ris-en et comme par enchantement, le mal-être qui aurait pu s’installer… disparaît aussitôt !

Tu as une réunion et tu dois prendre la parole ?

Ça te tétanise ?

Commence par une petite blague, ça marche toujours et ça va aussi te détendre !


Une autre étude très sérieuse menée par Jessica Mesmer-Magnus de l’Université de la Caroline du Nord à Wilmington démontre des résultats qui suggèrent que l'humour des employés est associé à une amélioration du rendement au travail, de la satisfaction, de la cohésion du groupe de travail, de la santé et de l'efficacité de l'adaptation, ainsi qu'à une diminution de l'épuisement professionnel, du stress et du taux de démission.

L'utilisation de l'humour par les supérieurs est associée à une amélioration du rendement au travail des subordonnés, de la satisfaction, de la perception positive du manager, de la satisfaction à l'égard du supérieur et de la cohésion du groupe de travail, ainsi qu'à une réduction d’absentéisme.


Puis, à mon humble niveau, je vous ai demandé ce que vous vous en pensiez au travers d’un sondage sur LinkedIn tenu pendant une semaine.

275 personnes y ont pris part (merci d’ailleurs ! 🙏) et les résultats sont sans appel !

Pour 83% d’entre-vous l’humour a toute sa place au travail !

5 votants considèrent que ce n’est pas compatible avec leur activité professionnelle.

En observant leurs profils, nous avons affaire à des métiers de banque, de RH et d’ingénieur.

J’aurais aimé approfondir avec eux pour leur demander pourquoi ils en sont autant convaincus, car parmi les 229 autres participants il y a aussi des RH, des banquiers et des ingénieurs.

Pour 4 d’entre-eux l’humour est absolument inenvisageable alors que 13,45% des sondés tolèrent l’humour à toute petite dose.

J’ai bien conscience que ces chiffres méritent d’être approfondis par des entretiens avec ces derniers, cependant la tendance est sans appel : 83% admettent que rire au travail est vital et c’est une excellente nouvelle !


À ce titre, sur LinkedIn il est aussi autorisé de publier des contenus à caractère humoristique ou qui invite à la légèreté, le tout noyé dans des informations catastrophistes ou anxiogènes : ça fait du bien.

On montre l'exemple ici aussi 🫡

Non, je sais : on n’est pas sur Facebook !

Effectivement : c’est la Vie ! Et la vie sans rire est une vie bien triste et morose et je refuse de céder à cette tendance maussade et taciturne.

Alors, et toi, ris-tu au travail ?

Avec tout le monde ?

Et tes clients qu’en pensent-ils ?

Partage ton expérience en commentaires !

Ris à la Vie et partage ton bonheur autour de toi !

Amicalement,

Michel Poulaert, CSP


Sources :



293 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page